Nombre total de pages vues

Translate

The night I died (La nuit où je suis morte). Expérience de mort imminente EMI / NDE


The night I died (La nuit où je suis morte). EMI / NDE Near Death Experience

August 2003, I’m 23 years old.

It’s evening, I’m sitting on the edge of my bed, I hear a nightingale teaching his children to sing.

I feel my body shaking, my heart beating is slowing down. I feel cold sweats, I have my head spinning, at first gently, then more and more quickly, and I feel a strong pain in the heart, very unpleasant. I fall down on my bed. I can’t move.

I’m trying to call for help...
I’m screaming so loud... HELP, HELP ME!!!

I hope someone in the other room will hear me and realize that I’m not moving, that I’m not breathing.

But nothing, nobody comes. I’m alone... it’s no use to shout.

I keep thinking and thinking, but my body remains like a statue.

I try to move... at least the fingers, but nothing, yet I’m focused.
My head keeps turning and I still feel pain, but it’s a rather pleasant pain. My heart keeps slowing down, then suddenly it stops.

I wonder what’s going on, I can’t hear any more outside noise. My head stops spinning and I feel like I’m flying. It’s weird, and at the same time, I’m terribly scared.

I still feel cold sweats, but a little less than before, I feel light as a feather. I see the room where I am, but from the ceiling.

This is where I feel an inner peace, a well being that is rather difficult to describe, there is a lot of love all around me, a very pleasant feeling.

Then I feel like a presence with me, accompanying me on this journey. It is white and sweet. I feel like I’m walking on a cloud.

That’s when I realize I’m going to die...I didn’t see a tunnel, I didn’t see a blinding light, I didn’t see my life go by, there was no one I knew reaching out to, no, none of that...

Just me, and this presence, I think it’s God or an angel, who makes me realize that everything’s gonna be okay, that I don’t have to be afraid.

That God is here and that He watches over me and loves me...

And now I’m thinking about things I wanted to do that I didn’t have time to do. Like telling my brothers and my parents that I love them, continuing to travel to meet more people, or going back to church.

I want to get back in my body, but I can’t. Someone’s pulling my arm. But I don’t want to go with him yet, I’m not ready. I don’t want to die, not tonight, not like this, not alone.

I’m struggling to come back, like I’m swimming against the tide. I realized that I had made a lot of mistakes in my life and I said, "If you let me go back into my body, I’ll make my life better."

I see a shadow that gives me something. I take it, and I return to my body, always with great difficulty.

But my breath comes back, very fast, then normally afterwards.
I feel like my heart is beating again. I’m a little hurt, but I came back. My head is still spinning and I’m lost.

I wonder what just happened. I’m scared, I’m sweating, and yet I’m cold. I still don’t realize I was dead, and now I live. My trip only lasted a few minutes, but for me, it seemed a lot longer.

I hear a noise outside, it’s my nightingale.

It will take me a long time to realize and to talk about it.

To the people who are afraid of death, I would like to tell them... Up there, it’s very beautiful, I don’t know if I was in Paradise, but it was better there, than here...

I came back different from this trip, since, I’m much more empathetic, I changed my life, I went back to school to do a job I love, I enjoy more of my life.

I travel, I love God more than before, because he never abandoned me, no, I left, I wasn’t ready to join him!

There’s only one problem, is, my soul wanted to leave in peace and I stopped it.

If I had to relive this moment, I think I’d let myself go, I wouldn’t fight, because I was so good, in heaven...

The night I died (La nuit où je suis morte). Expérience de mort imminente EMI / NDE

La nuit où je suis morte...




Aout 2003, j'ai 23 ans.
C'est le soir, je suis assise sur le rebord de mon lit, j'entends un rossignol qui apprend a ses petits a chanter.
Je sens mon corps trembler, les battements de mon coeur sont en train de ralentir. Je ressens des sueurs froides, j'ai la tête qui tourne, au début doucement, puis de plus en plus vite, et je sens une forte douleur au coeur, très désagréable. Je m'écroule sur mon lit. Je ne peux plus bouger.
J'essaye d'appeler à l'aide...
J'hurles si fort...AU SECOURS, AIDE MOI !!!
J'espère que quelqu'un dans l'autre pièce va m'entendre et se rendre compte que je ne bouges plus, que je ne respires plus.
Mais rien, personne ne vient. Je suis seule...Crier ne sers à rien.
Je continue à penser et à réfléchir, mais mon corps reste de plâtre.
J'essaie pourtant de bouger...au moins les doigts, mais rien, pourtant je suis concentré.
Ma tête continue de tourner et je ressens encore une douleur, mais c'est une douleur plutôt agréable. Mon coeur continue de ralentir, puis soudain, il s'arrête.
Je me demande ce qu'il se passe, je n'entends plus aucun bruit extérieur. Ma tête arrête de tourner et j'ai l'impression que je vole. C'est bizarre, et en même temps, j'ai terriblement peur.
Je sens encore des sueurs froides, mais un peu moins que tout à l'heure, je me sens légère comme une plume. J'aperçois la pièce où je me trouve, mais vu du plafond.
C'est là que je ressens une paix intérieure, un bien être assez difficile à décrire, il y a énormément d'amour tout autour de moi, une sensation très agréable.
Puis je sens comme une présence avec moi, qui m'accompagne dans ce voyage. C'est blanc et doux. J'ai l'impression que je marche sur un nuage.
C'est là que je me rends compte que je vais mourir...
Je n'ai pas vu de tunnel, ni de lumière aveuglante, je n'ai pas vu défiler ma vie, il n'y avait personne que je connaissait me tendant la main, non, rien de tous ça...
Juste moi, et cette présence, je crois que c'est Dieu ou bien un ange, qui me fait comprendre que tout va bien se passer, que je n'ai pas à avoir peur.
Que Dieu est là et qu'il veille sur moi et qu'il m'aime...
Et là, je pense à des choses que je voulais faire et que je n'ai pas eu le temps de réaliser. Comme dire à mes frères et a mes parents que je les aimes, continuer de voyager pour rencontrer encore plus de gens, ou retourner à l'église.
Je veux revenir dans mon corps mais je n'y arrive pas. Quelqu'un me tire par le bras. Mais je ne veux pas encore partir avec lui, je ne suis pas prête. Je ne veux pas mourir, pas ce soir, pas comme ça, pas toute seule.
Je lutte pour revenir, comme si je nageais à contre-courant. Je me suis rendu compte que j'avais fais beaucoup d'erreur dans ma vie et je dis : « Si vous me laissez repartir dans mon corps, je referai ma vie autrement, en mieux ».
Je vois une silhouette qui me donne quelque chose. Je le prends, et je retourne dans mon corps, toujours avec énormément de difficulté.
Mais ma respiration revient, très rapide, puis normalement ensuite.
Je sens que mon coeur recommence à battre. J'ai un peu mal, mais je suis revenue. J'ai encore la tête qui tourne et je suis perdu.
Je me demande ce qu'il vient de se passer. J'ai peur, je transpire et pourtant j'ai froid. Je ne réalise pas encore que j'étais morte, et que maintenant je vis. Mon voyage n'a duré que quelques minutes, mais pour moi, ça me paraissait beaucoup plus long.
J'entends un bruit, dehors, c'est mon rossignol.
Il me faudra beaucoup de temps pour réaliser et pour en parler.
Au personne qui ont peur de la mort, je voudrai leur dire...Là haut, c'est très beau, je ne sais pas si j'étais au Paradis, mais c'était mieux là-bas, qu'ici...
Je suis revenue différente de ce voyage (comme on dit, dans l'au-delà), depuis, je suis beaucoup plus empathique, j'ai changé de vie, j'ai repris mes études pour faire un métier que j'aime, je profite plus de la vie et du temps qu'il me reste.
Je voyage et je me suis rapproché de Dieu, car il ne m'a jamais abandonné, non, c'est moi qui suis partie, je n'étais pas prête à le rejoindre !
Il n'y a qu'un seul problème, c'est que, mon âme voulait partir en paix et je lui en ai empêchée.
Si je devais revivre ce moment, je crois que je me laisserai partir, je ne me battrai pas, car on est si bien là bas...